Image d’illustration de l’article Herbin Violette Pensée
Image Anthony Nelzin-Santos.

Herbin Violette Pensée

Anthony Nelzin-Santos

« Violette Pensée » n’est pas l’encre la plus intéressante de ma collection, ni même l’encre la plus intéressante du catalogue de Herbin, mais elle n’est pas ennuyeuse pour autant. C’est un violet tirant vers le bleu, un indigo d’autant plus froid qu’il est utilisé avec une plume large. Le mot qui me vient à l’esprit est « scolaire » : cette teinte me rappelle celle de la réglure des cahiers de mon enfance.

C’est une encre plutôt saturée, comme toutes celles de Herbin, mais transparente. Un composé sombre — qui résiste légèrement à l’eau — lui confère un caractère velouté, presque poudré. Ce qui ne veut pas dire que cette encre est granuleuse ou sèche : elle est fluide, ne bave pas ni ne traverse le papier, et sèche plutôt rapidement.

Herbin propose « Violette Pensée » par boîte de six cartouches standard courtes (3,25 €) et par flacon de 30 mL (6,95 €). Un prix raisonnable pour une présentation soignée : la petite boîte métallique protège efficacement les cartouches, et le flacon « en D » intègre un repose-plume délicieusement rétro.

Test Herbin Violette Pensée